Mercredi 14 mai 2008

Une très bonne nuit, une petite grasse matinée (9h), un excellent petit déjeuner... Que demande le peuple ?
Allez, il est temps de découvrir la petite ville de San Pedro de Atacama : maisons basses, rues en terre battue, très peu de circulation. J19_SanPedro_RueSan Pedro est une toute petite ville où il serait très difficile de se perdre. On dirait un peu la ville typique (oui, encore) du Far-West, juste de l'autre côté du Pecos ou du Rio Grande. Tout ce qu'il nous fallait pour amorcer en douceur le retour à la civilisation. Car le périple en 4x4 a beau n'avoir duré que deux jours, j'ai l'impression qu'il s'est passé des semaines depuis que j'ai vu mon dernier embouteillage. Et pourtant, c'était à la Paz. Mais ma foi, c'est bien agréable.
Ici, les rues regorgent d'agences d'excursions pour le Salar, l'Altiplano ou le désert d'Atacama. Elles alternent avec les petites épiceries et les boutiques de souvenirs où je repère quelques masques en cactus bien sympas.
MP et moi trouvons rapidement un cyber-café d'où nous allons pouvoir écrire la page du jour du journal de bord, puis nous nous mettons en quête de la poste, puisque j'ai toujours dans mon sac mes cartes boliviennes...J19_SanPedro_Place

Le plus drôle, c'est que la ville est tellement "grande", qu'on croise toujours les mêmes personnes.
"Tiens, salut Isabelle!"
"Ah, et voilà Jean-Jacques et Marie-Thérèse..."
J19_SanPedro_D_dicacesNous revenons en flânant et nous arrêtons dans la boutique des masques où je finis par en choisir un à ramener à Papa. Il nous faut ensuite trouver des cartes qui permettront au groupe de mettre quelques mots de remerciement à Nico pour ce périple. De retour à l'hôtel, chacun y va de sa prose. Nous en profitons également pour échanger les adresses mails... Ca sent vraiment la fin. Puis, comme MP et moi n'avons toujours pas mangé, nous filons acheter des sandwichs, des fruits et des gâteaux que nous allons savourer à l'ombre de la terrasse de l'hôtel... On est bien, hein Tintin...

J19_SanPedro_ValleeDeLaMortA 13 heures, les bagages sont de nouveau entassés dans le bus, toujours par les vitres, et nous partons pour le désert d'Atacama. Notre premier arrêt sera dans la vallée de la mort (c'est marrant comme il y a toujours une vallée de la mort dans les déserts arides) J19_SanPedro_Velooù nous entamons une petite marche digestive, croisant de temps en temps des vélos posés sur le bas-côté. Ah ? Et le cycliste ? Probablement quelque part par là, à admirer le paysage, à moins qu'il ne soit en train de se dessécher comme une vieille momie... Mais non ! Je plaisante.

J19_SanPedro_4MariasLe bus nous conduit ensuite à la vallée de la Lune où l'on peut admirer de superbes formations rocheuses, dont quelques cheminées évocatrices. Nous en profitons pour faire la "fameuse" photo des 4 Marie (Marie-Pierre, Marilyse, Marie-Thérèse, Marie-Rose ... J19_SanPedro_VolcanBen et moi alors????) devant le rocher des "Tres Maria" pendant que certains hommes préfèrent faire la sieste à l'ombre d'une caverne. Rien n'a beaucoup changé depuis la préhistoire...

L'escalade du jour, ce sera la grande dune, du haut de laquelle on a un panorama magnifique.

J19_SanPedro_DescenteC'est en abordant la descente, que l'idée est venue : le chemin de sable était somme toute assez régulier, pas trop étroit, et d'une inclinaison correcte. Avec MP on s'est regardées...
- On fait la course ?
- C'est partiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !
Et nous voilà dévalant la pente à toutes jambes, emportées par notre élan, et mortes de rire. C'est vraiment n'importe quoi ! Oui, on est restées très gamines. En tout cas, ça fait du bien.

Il est temps de repartir vers Calama. Dans le bus, l'ambiance est morose. Nous sommes tous fatigués, mais nous prenons également conscience que c'est la fin du voyage.
A l'aéroport de Calama, chacun s'enregistre rapidement, puis nous allons  prendre un dernier verre tous ensemble. Sympa, le demi-litre de jus de fruit frais ! Ca, c'est la bonne surprise du jour.
J19_SanPedro_AdiosNicoLe moment de nous séparer est arrivé, car Nico ne nous accompagne pas jusqu'à Santiago. Avec Jacques, ils vont prendre la direction de la côte avant de remonter sur Arequipa. Bouh, c'est dur ! Il y a même quelques larmettes qui perlent aux yeux en embrassant notre guide. Mais comme il ne peut pas se passer de nous, il prend les dernières photos de son troupeau depuis le bar panoramique, tandis que nous passons dans la salle d'embarquement. Nous voilà en route pour Santiago où doit nous récupérer Pianqui, notre guide local. Petite parenthèse : Lan Chile, c'est bien !

Et là en sortant de l'aéroport, c'est le choc culturel !
Des voitures partout (neuves !), des autoroutes, des enseignes lumineuses, des bus à soufflet, et surtout, des arrêts de bus ! Allez savoir pourquoi, c'est ce qui m'a le plus choquée. Ce qui symbolisait réellement le retour à la civilisation, à l'ère moderne.
Et partout, ce bruit infernal de circulation duquel nos oreilles s'étaient si facilement déshabituées.

L'hôtel donne sur une grande artère bruyante. C'est un bâtiment de style anglais, avec parquets cirés et vitraux. Par contre, ça laisse à désirer côté accueil et distribution des chambres, ce qui nous oblige à camper un bon moment dans le hall. J19_Santiago_HotelEn plus, la liste de répartition est bourrée d'erreurs. Et puis la fatigue aidant, il y a les autres imprévus, comme Marie-Thérèse qui se trompe d'étage et ouvre avec sa clé une chambre ... où quelqu'un dort déjà ! Y'a pas à dire, ça met en confiance.
Pour MP et moi, pour une fois, tout se passe bien. Même si la chambre nous paraît dès le premier abord très bruyante. Malgré les vitres et les volets, on a l'impression d'être dans la rue. Un peu comme à Lima, tiens. Retour à la case départ.
Ceci dit, vue la fatigue accumulée et le moral un peu berne, il ne nous faudra pas longtemps pour nous endormir après avoir papoté un peu.